Le Laboratoire Politique - Think Tank Different

 

Axe Education - Culture - Entertainment

La parenté et l’exigence démocratique : Sociologie politique du pluralisme familial

Partager

Jean-Hugues Déchaux

En ce début du XXIe siècle, en France et en Occident plus largement, la famille est à l’aube d’une profonde mutation. Cette transformation ne concerne pas simplement les structures familiales, les manières de vivre en couple et en famille. Elle touche surtout les soubassements idéologiques qui fondent, sur le plan des principes, l’organisation de la famille. Le mot « famille » doit être ici entendu dans un sens extensif comme désignant non seulement la famille élémentaire – qu’elle soit conjugale, monoparentale ou autre selon sa composition –, mais aussi la « parenté », c’est-à-dire l’ensemble des relations entre personnes apparentées ainsi que l’ensemble des principes qui, définissant ce qu’est un parent dans une société donnée à un moment donné de son histoire, concourent à organiser ces relations. 

Cette mutation tient aux rapports qu’entretiennent famille et démocratie. Les sociétés occidentales font face à l’avènement de la démocratie dans la sphère de la vie privée et familiale. Jusqu’à présent la démocratie prenait un contenu strictement politique : elle ne concernait que la sphère publique, la vie privée fonctionnant selon d’autres modalités, plus ou moins marquées par le patriarcat (i.e. le pouvoir du père sur la mère et les enfants). Or de nombreux éléments conduisent à penser que cette partition privé / public ne marche plus, qu’elle ne correspond plus aux manières qu’ont les individus contemporains de concevoir et de vivre les relations familiales. Pourquoi faudrait-il soustraire la parenté à l’exigence démocratique ? La question, longtemps impensée, se pose désormais, et la réponse n’a rien d’évident. Si cet « accouchement » démocratique est difficile, c’est qu’il oblige à rompre avec une très ancienne conception de la famille fondée sur la naturalité.

Confrontés à des changements aveuglants, nous avons besoin de mots pour prendre la mesure et analyser aussi rigoureusement que possible ce qui se produit sous nos yeux. Tel est l’objet de ce texte, lequel procédera en quatre étapes. (1) La famille est devenue plurielle et ce pluralisme est l’effet d’une plus grande exigence démocratique dans la vie privée. (2) Ce changement n’a rien de conjoncturel ou de superficiel : il marque un basculement, une rupture historique, dans la façon de percevoir et de définir la parenté. (3) La famille plurielle interroge la question des normes familiales, désormais soumise à l’exigence démocratique. (4) Enfin, il importe de repenser les rapports entre sphère publique et sphère privée en se demandant ce que doit être le rôle de la régulation publique et de l’Etat dans une société qui reconnaît le pluralisme familial. Ce texte est donc une contribution à une sociologie politique de la famille...[Lire la suite]

« Retour

Le Laboratoire Politique - Think Tank Different -

Plan du site | Accueil | Présentation | Les publications | Actualités | Contact

0,113+0,12=0,233